Bebo et Chucho Valdès

0 214

Pendant près de 40 ans, les deux pianistes ne se sont pratiquement pas vus. Les Valdès père et fils ont fini par se retrouver. Ce que Bébo avait initié, Chucho l’a fignolé. Bebo et Chucho Valdès ont inventé et sublimé le jazz cubain : une musique jubilatoire qui résonne dans le monde entier.

Du mambo au jazz

Tout a commencé dans les années 40, lorsqu’un jeune pianiste cubain surdoué, fan de mambo, découvre le jazz. Bebo Valdès, petit-fils d’esclaves, s’approprie cette musique et y introduit son âme cubaine. Il invente un jazz percutant et dansant où se rejoignent les influences de la Nouvelle-Orléans, de son île natale mais aussi de ses origines africaines et espagnoles.

En 1952, alors qu’il est directeur musical du célèbre cabaret Tropicana, la sortie de son premier album Con Poco Coco, marque l’avènement du latin jazz. Fort de ce succès, Bebo continue son travail de création artistique, il poursuit le « mélange » de ses influences musicales et invente, dans la continuité du latin jazz, le jazz afro-cubain : « véritable ode au métissage et au farniente, mélange de mambo, de cha-cha-cha, de salsa, de merengue ou encore de songo. »(*)

Le jazz cubain est né.

(*jazz radio)

Inauguré le 31 décembre 1939, Le cabaret Tropicana est devenu un lieu emblématique de La Havane.

En 1960, suite à l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro, Bebo quitte Cuba et part en exil, sans sa famille, au Mexique puis en Suède. C’est là qu’il tombe amoureux et épouse Rose-Marie, suédoise avec qui il aura 2 enfants et partagera le reste de son existence. Professeur de danse la journée et pianiste dans des hôtels le soir, il tombe dans l’anonymat pendant plus de 35 ans.

L’un part, l’autre reste

Lorsque Bebo Valdès quitte Cuba, pour ne jamais y revenir, le choc est rude pour ses cinq enfants et sa femme. Pianiste prometteur, Chucho, le fils aîné a 19 ans. Le voilà désormais chef de famille. Formé par son père, il a travaillé sous sa direction au Tropicana. Privé de son mentor, Chucho s’émancipe. Il rejoint plusieurs orchestres locaux prestigieux et intègre son premier combo* jazz (le futur groupe Irakere) avec qui il enregistre un premier album en 1964 : Jazz Nocturno.

*Un combo (abréviation de l’anglais combination) est un petit ensemble musical n’excédant pas 8/9 musiciens, par opposition au big band. (wikipédia)

La carrière de Chucho Valdès est lancée. Avec le groupe Irakere (forêt dense en Yoruba*), il participe à la naissance et à l’explosion du Jazz fusion. Il introduit dans sa musique d’avant-garde des percussions traditionnelles africaines qui donnent à son jazz foisonnant une sonorité exotique immédiatement reconnaissable.

(*yoruba : langue d’Afrique de l’ouest)

Pendant 27 ans, Irakere va enchaîner les enregistrements et les tournées. Réclamée dans le monde entier, la formation remporte de nombreuses victoires musicales dont « le Grammy Award du meilleur enregistrement latin » en 1979. En parallèle de son groupe, Chucho réalise plusieurs enregistrements seul au piano.
Au fil des années, le fils de Bebo acquiert une notoriété internationale.  Il devient le Mozart cubain du jazz. « Il se révèle comme un chef d’orchestre novateur, aussi célèbre pour ses solos à couper le souffle que pour la sophistication de sa musique de fusion latine ». (*)

(*) Cubalatina.com

 « le pianiste le plus complet du monde »

Jazz Magazine

Les retrouvailles

Bebo, tombé dans l’oubli, est à la retraite alors que Chucho est au sommet de son art. Leurs deux chemins semblent inexorablement s’éloigner. Ils ne se voient pratiquement pas et le dialogue entre eux est est quasiment inexistant. Et pourtant l’improbable va avoir lieu…
En 1996, le réalisateur espagnol Fernando Truba entreprend de réaliser un documentaire sur le latin jazz. Il contacte Bebo et Chucho, organise des rendez-vous entre le père et le fils. Le fil se renoue, le courant se réinstalle, la complicité renaît petit à petit : les deux pianistes se retrouvent et interprètent ensemble, dans Calle 54, un duo devenu mythique : la Comparsa.

Calle 54 (sorti en 2000) est à voir en intégralité et en VO sur you tube : https://youtu.be/7qw25NcW5ps

L’émotion est au rendez-vous. Chucho rayonne, la carrière de Bebo est relancée. Dans la foulée, Bebo enregistre l’album Lágrimas Negras (larmes noires), des standards cubains, avec le prodige du flamenco Diego el Cigala. Le succès est planétaire.

Lacrimas Negras Sur Spotify

Lacrimas Negras Sur Deezer

Bebo s’installe en Andalousie pour se rapprocher de Chucho désormais résident espagnol. En 2008, ils enregistrent l’album Juntos para siempre (Ensemble pour toujours) principalement composé de standards de musique latine. L’album remporte le Grammy Award du meilleur album de jazz latino aux 52e Grammy Awards en 2010, ainsi que le Latin Grammy Award dans la même catégorie. Ils entament une tournée mondiale qui se fera à guichets fermés.

Juntos para siempre sur spotify

Juntos para siempre sur Deezer

Jusqu’à la mort de Bebo en 2013, à l’âge de 94 ans, les deux artistes ne cessent de jouer ensemble malgré la maladie d’Alzheimer de Bebo. En 2010, le dernier enregistrement de Bebo Valdès, la bande originale du film Chico et Rita de Fernando Trueba (et Javier Mariscal), est réalisé par Chucho.

Extrait de Chico et Rita, dessin animé musical relatant les vies et l’histoire d’amour orageuse de Chico et Rita, un pianiste et une chanteuse cubains, dans le milieu du jazz afro-cubain à La Havane et à New York au milieu du xxe siècle.

« Le 15 mars 2021, aux États-Unis, Chucho a ouvert une école de musique en ligne, la Chucho Valdés Academy, où il propose des cours de piano et d’improvisation ainsi que des conférences sur la musique cubaine et le jazz afro-cubain. »(*) L’aventure continue, il sera à Toulon, en concert avec son quartet, pour la clôture du festivel de jazz le 24 juillet prochain…

(*) France musique

Sources

La source jazzophone Jazz radio France musique
Via Association cuba coopération France jazz hot piano web

Vous souhaitez être informé des nouveautés ?
Les appareils mobiles Apple ne sont pas compatibles.
Si c'est votre cas, inscrivez-vous sur votre ordinateur.

Vous pourriez aussi aimer
Commenter cet article

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience sur le blog
J'ai compris
Privacy Policy